fbpx

La modération arrive sur Twitter : avec quelles conséquences ?

Ca y est : après des mois de tests, Twitter lance sa fonction de masquage des réponses dans le fil d’un tweet par son auteur. On en sait désormais un peu plus sur le déploiement mais aussi sur la portée, l’ergonomie et les possibles applications de la fonctionnalité de modération dont on vous parlait en mars. Et franchement, il semblerait que Twitter ait vraiment cherché à faire les choses bien… Pas étonnant car sur ces questions, le réseau est attendu au tournant. Comment appréhender ce qui s’apparente à une révolution majeure sur les réseaux sociaux ?

 

 

Depuis son origine, Twitter se pose en garant de la liberté d’expression la plus totale, flirtant parfois avec l’illégalité selon les pays ; en France, par exemple, le négationnisme est répréhensible dans le cadre de la loi Gayssot. Malgré ces impératifs juridiques imposés par certains états, Twitter a toujours revendiqué la liberté d’expression et n’a cédé pour la première fois qu’en 2012, pour fermer des comptes néo-nazis jugés illégaux en Allemagne.

Et si les systèmes de modération ont largement fait florès du côté de Facebook, Youtube, Twitter ou Instagram, permettant au propriétaire d’un compte de supprimer ou masquer des contenus inappropriés, Twitter avait jusqu’ici limité l’intervention aux signalements de comptes, c’est-à-dire que le réseau social seul gardait la main sur les contenus visibles ou non. Aujourd’hui, c’est donc une petite révolution que connaît l’Oiseau Bleu en donnant la possibilité de masquer les réponses à un tweet… Mais Twitter a-t-il pour autant renié sa philosophie ?

 

Du terrain en friches au paysagisme

Visiblement, tout a été pensé pour ne jamais risquer de tomber dans la censure car, chose assez inédite dans le monde des réseaux sociaux, les messages masqués resteront tout de même accessibles ! Il suffira pour cela de cliquer sur « afficher les messages masqués » pour en prendre connaissance. Mais alors, quel intérêt ? Si ce n’est pas évident à première vue, nous voyons déjà trois conséquences nettement positives :

  • Donner de l’intérêt aux messages masqués, c’est-à-dire du relief aux discussions en affichant des choix éditoriaux. Si par exemple une personnalité politique décide d’exclure des réponses pour la simple raison qu’elles ne lui conviennent pas, cela en dira long sur sa capacité à dialoguer et se remettre en question ;
  • Donner plus d’intérêt à certaines discussions : si la modération opérée est de qualité, les Twittos verront vite que les critères de masquage retenus sont vérifiables objectivement (insultes, diffamation, vulgarité, spam…). Cela rendra toute sa valeur à la conversation et attirera les profils les plus pertinents ;
  • Eviter la victimisation classique des trolls : « la vérité dérange, j’ai encore été censuré ». Ici, le contenu sera toujours vérifiable.

 

De la modération en transparence ?

En isolant ainsi les commentaires problématiques et en laissant à chacun le soin de signaler les contenus illicites, Twitter semble composer entre l’impératif de nettoyage – demandez à Samuel Laurent – pour garder des conversations utiles et agréables et la nécessité de laisser l’expression la plus libre possible. Cela change complètement l’éditorialisation des tweets et, de fait, ouvre de nouvelles perspectives.

 

Et en veille, quelles conséquences ?

Si l’impact sur les discussions peut s’imaginer aisément, celui sur la veille est plus délicat car techniquement, il n’est pas dit que tous les outils récupèrent ces nouveaux types d’éléments. Ainsi Visibrain, Talkwalker ou Sysomos afficheront-ils ces messages dans leurs résultats de recherche ? Si oui, sous quelle forme ? Un libellé particulier serait une idée intéressante pour juger de la portée d’un contenu masqué ou de la décision sous-jacente à son exclusion par exemple.

Reste, enfin, la question du confort pour les utilisateurs et de l’intérêt à long terme de cette option : est-ce que l’introduction de cette fonctionnalité rendra Twitter moins captivant, à l’image de l’algorithme qui ne permet plus de voir tous les tweets par défaut ? Nous ne le pensons pas car, ici, la plateforme laisse clairement le choix de tout voir ou non. Une ergonomie au service du sens mais aussi du débat et, plus largement, de la valeur de tous ces échanges en ligne !

 

Steve


Licence Creative Commons
Cet article est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 3.0 France.


Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *