Tendances 2019 : soignez votre veille propriétaire, votre e-réputation vous le rendra

La veille e-réputation, passe, nécessairement, par un balayage large du web social, des articles de presse aux occurrences sur les réseaux sociaux en passant par les blogs et les avis en ligne. Et si le dark social est appelé à – enfin – émerger comme une tendance de fond pour 2019, nous sommes persuadés qu’il faut penser en termes de « web propriétaire » au moment de positionner sa veille e-réputation. Ce n’est pas très clair ? Pas de panique, c’est le moment de faire un peu de lumière !

On le sait, les opinions, les visions, les revendications… Et les satisfactions peuvent emprunter, chacune, un chemin qui leur est propre, de la fanpage à la tribune incendiaire en article ou en story. Mais à l’heure de l’avènement des messageries et de la généralisation des pratiques SAV/CRM sur les réseaux sociaux, que se dit-il sur vos espaces ? Sur vos messages privés et, au-delà, vos correspondances e-mail avec les internautes ?

On ne les fait pas (merci) mais Atchik a presque l’âge de Google… Autant dire qu’on en a vu passer, des conversations et des communautés. Ainsi que des crises, des changements de ligne éditoriale, des signaux faibles… Bref, tout ce qui rythme, ponctue et façonne le web social tel qu’il nous arrive en 2019. Aujourd’hui, de grandes tendances émergent ou se font enfin reconnaître à leur juste valeur, portées par une recherche effrénée de solutions de présence en ligne : micro-influenceurs et, comme nous l’avons écrit, dark social.

La veille propriétaire, c’est élémentaire

Si les micro-influenceurs permettent de mettre en valeur des micro-communautés d’influence et de reproduire au mieux le bon vieux bouche-à-oreille, le terme de dark social se veut refléter un web social qui ne serait visible que des administrateurs et affiliés : en clair, le dark social représente les correspondances privées, entre utilisateurs ou des internautes vers les pages, en DM. Messages privés bien sûr, mais aussi e-mails et autres correspondances numériques inaccessibles aux pratiques de veille concurrentielle, par exemple.

Ce « social sombre », précisément, matérialise enfin auprès d’un groupe plus large de professionnels du webmarketing, de la veille et du social media une vision actée depuis longtemps chez nous : vos internautes vous en disent beaucoup et ce serait une erreur que de ne pas les écouter. Cette valeur intrinsèque aux échanges avec vos communautés doit bénéficier de la meilleure expertise pour en tirer la valeur idoine ; les Community Managers, loin de ne faire que répondre à ces messages privés, voient passer une foule d’informations sur les profils des internautes qui interagissent, leurs thèmes de prédilection, leurs attentes, leurs sentiments… Et au-delà, c’est toute la modération qui, loin du simple oui/non sur des messages, permet de détecter les tendances de fond tout comme les profils individuels dignes d’intérêt. Vous avez compris « espaces privés » ? Logiquement, on en arrive aux « espaces propriétaires », soit tout ce qui se dit chez vous en privé… Mais aussi en public ou sur accès, comme dans les groupes Facebook.

Le « vous êtes ici » sur votre carte e-réputation

Comment juger de la santé de votre présence en ligne ? En analysant ce qui ce dit sur vous, bien sûr… Mais aussi ce qui se dit CHEZ vous. La veille propriétaire doit aussi, à notre sens, constituer une boussole pour témoigner de la notoriété chez les publics visés et, plus largement, de la réputation dans le web social. Les citoyens, les consommateurs, les membres et autres groupes d’intérêt majeur font-ils les mêmes remarques sur tous les réseaux ? Des thématiques émergent-elles plus spécifiquement en privé ? Le mail est-il réservé à un discours plus formel alors que les insultes pleuvent après certains types de posts ? Faut-il éviter un canal de communication trop éloigné des pratiques du cœur de cible ?

Allons même plus loin : les taux de refus sur certains posts Facebook justifient-ils d’abandonner certains formats ou certains thèmes ? Loin d’une veille un peu statique répertoriant les occurrences sans perspective, cette veille e-réputation enrichie d’une solide veille propriétaire (qui se situe dans la droite lignée d’une modération de qualité) permet de mettre en lumière un maximum d’informations essentielles à l’optimisation de la présence en ligne. C’est ainsi que l’on dégage tout naturellement des micro-influenceurs, des micro-ambassadeurs, des contributeurs fiables mais aussi, peut-être, un langage propre à votre communauté, des témoignages d’une richesse rare et des opportunités de communication et de développement à la pelle !

On l’a souvent dit et expliqué : marques en tous genres, médias, institutions et organisations ont longtemps peiné à voir dans la gestion de leurs commentaires autre chose qu’un mal nécessaire. Aujourd’hui, plus que jamais, nous affirmons preuves à l’appui, chaque jour, qu’elle constitue le point névralgique de la valeur de la présence en ligne ; et c’est cette analyse de qualité qui met en rapport les échanges propriétaires, publics et privés, avec le reste du web social, de la presse aux forums et réseaux ouverts, qui permet d’en tirer le meilleur profit en termes d’e-réputation.

Steve


Licence Creative Commons
Cet article est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 3.0 France.


Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *