Transformation numérique : Où en est-on en 2018 ?

Conférence trois piliers de la transformation numérique à la Mêlée Numérique 2018

A en croire la conférence dédiée à la Mêlée numérique 2018 qui se tient cette semaine à Toulouse, il reste du chemin… Après 20 ans de Google et plus de 10 ans de Facebook et Twitter grand public, on aurait pu se dire que l’absence de « stratégie digitale » se retrouverait vite à la marge ; ce n’est pas vraiment le cas et, visiblement, on pourrait sermonner d’un « vous n’avez pas les bases » plus d’acteurs économiques qu’on pourrait l’imaginer.
 

Le fil conducteur de la Mêlée 2018 reste, cette année encore, la vulgarisation. Si certains ateliers affichent un niveau d’échanges assez pointu, de nombreux événements s’adressent clairement à un grand public ou, du moins, sont formulés pour ne perdre personne en route. A l’instar de l’atelier sur le socialmedia B to B, cette conférence sur « Les trois piliers de la transformation numérique » reprend les fondements ; nulle surprise ici, le titre est assez parlant.

 

En filigrane, on comprend donc que ces piliers ne sont pas maîtrisés de tous et que de nombreux participants à la Mêlée doivent encore se pencher sur leur transformation numérique, appelée aussi transformation digitale. Pour une agence web social comme la nôtre, évidemment, peu de nouveaux éléments nouveaux à grapiller : Collaborateurs, Clients et Process tiennent votre édifice numérique invariablement et, sur cette structure, les pratiques et déploiements dépendront des objectifs qui vous sont propres. Et si chacun cherche avant tout à améliorer sa notoriété et, un cran au-dessus, son e-réputation, les vertus d’une intervention en ligne réfléchie arrivent rapidement : implication des collaborateurs, meilleurs échanges avec les clients, dématérialisation, économies d’échelle etc.

 

Chacun sa route, chacun son chemin, passe en DM avec ton voisin

Dans l’activité directe d’Atchik, nous constatons aussi encore divers degrés de maturité sur les questions de l’engagement en ligne. Cela n’a pas forcément à voir avec la taille, le secteur ou l’historique de la présence en ligne d’un prospect ou d’un client mais les disparités sont réelles. Elles peuvent trouver leur source dans la personnalité des collaborateurs : curieux ? Pas curieux des réseaux sociaux ? Intéressés mais trop occupés pour encadrer le stagiaire en autoformation sur le vaste chantier de la présence en ligne ?
Pour d’autres, le problème est organisationnel : les directions parviennent-elles à une vision commune suffisamment forte pour faire avancer le dossier ? Sont-elles convaincues que les bénéfices économiques sont réels ? N’ont-ils pas besoin de l’entendre d’un tiers ? Sont-ils prêts à s’investir pleinement en interne ou à confier leur présence en ligne à un prestataire externe ?

 

Le web social donne encore l’impression d’un espace à construire, voire à reconstruire après une bulle socialmedia qui a vu tout le monde aller sur Facebook parce que tout le monde le faisait.
Il est temps, en tout cas, le mieux construire et de parvenir à une présence durable sur des fondements solides. Sans un état des lieux préalable et des préconisations claires, les entreprises risquent de revoir encore un moment des conférences sur les piliers de la transformation numérique.

 

Steve, selon les témoignages de Barbara et Jill

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *