fbpx

L’intrapreneuriat : L’innovation au cœur de l’entreprise

Dans le cadre de la semaine de la Mélée Numérique, une conférence a piqué notre curiosité : L’intrapreneuriat, booster d’innovation. Et nous, forcément, l’innovation, on adore ! Encore très peu connu en France, l’intrapreneuriat est pourtant une solution efficace dans le management de projet, de valorisation du travail et d’engagement.
En une définition simple, ce concept consiste à laisser ses collaborateurs entreprendre des projets innovants au sein de l’entreprise tout en étant cohérent avec son activité. Mais concrètement, pourquoi est-ce bénéfique à tout le monde ? Réponse en quelques points.


Logo Mêlée numérique
 

Mais à quoi ça sert ?

Au niveau du collaborateur, cela permet d’entretenir leur potentiel d’innovation, la prise de décision, d’initiatives, d’autonomie et d’employabilité. Tout cela dans le but de booster leur motivation et leur implication dans leur entreprise.

Les salariés sont en perpétuelle recherche de sens et éprouvent le besoin d’être utiles et valorisés dans leur organisation.

Cela donne aussi la possibilité aux salariés d’éviter les process lourds, pour laisser la place à la créativité !

A l’échelle de l’entreprise, c’est un tremplin pour devenir plus agiles, de se renouveler, de repérer / garder les talents mais surtout de rester encore et toujours compétitive !

 

Comment ça marche?

Il faut savoir que l’intrapreneuriat se fait sur la base du volontariat et n’est pas rémunéré. Pour être mis en place, il faut 2 acteurs au minimum : le dirigeant qui approuve le projet et la/les personne(s) qui propose(nt) le projet.

Même si la prise d’initiative vient du salarié, il doit y avoir l’approbation du dirigeant, ce qui peut être un frein.

Pour une bonne mise en place de ce projet au sein d’une entreprise, il faut respecter certaines règles :

  • Dans un premier temps, déterminer des objectifs précis en examinant tout le potentiel de l’idée proposée ;
  • Ensuite, créer des dispositifs pour favoriser l’intrapreneuriat(centres de décisions indépendants de la Direction Générale par exemple) ;
  • Puis, encourager tous les projets et les idées innovantes soumises en favorisant les plus innovantes ;
  • Enfin, faire un suivi de l’intrapreneur et lui donner toutes les cartes pour qu’il puisse développer son projet jusqu’au bout.

 

Dans quel but ?

Dans toutes les entreprises, il y a un potentiel énorme dans chacun des collaborateurs. Souvent, celui-ci n’est pas exploité. L’intrapreneuriat permet de combler la recherche perpétuelle de sens et le besoin de reconnaissance au sein de l’entreprise. Cela renforce l’engagement, la motivation, l’aspect collaboratif, le gain d’autonomie et de responsabilité dans le travail.

Petit bémol toutefois : il ne faut pas oublier qu’il y a seulement 2 à 5% d’intrapreneurs dans les entreprises en France. Cette activité parallèle n’est pas accessible pour tout le monde. Certaines personnes ne sont pas des entrepreneurs ou même ne sont tout simplement  pas à l’aise  dans le fait d’être en autonomie totale et avoir des responsabilités. C’est une charge de travail supplémentaire et un stress important qui se rajoute à la vie quotidienne du travail.

Comme toute démarche innovante, le concept d’intrapreneuriat nous séduit chez Atchik, d’autant plus qu’il stimule la créativité personnelle comme collective. Cette émulation mérite, selon nous, d’être largement creusée. Si vous souhaitez en parler avec nous, notre blog vous est ouvert )

Lucie, selon le témoignage de Jill


Licence Creative Commons
Cet article est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 3.0 France.


Partagez cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *